Nourrir notre espoir aux pensées d’Etty Hillesum

3 janvier Le ciel, le soleil, la lune

Je vais au-devant d’un avenir inconnu. Mais sous mes pas, dans mes pérégrinations, c’est pourtant partout la même terre, et au-dessus de ma tête ravie partout le même ciel, avec tantôt le soleil, tantôt la lune et toutes les étoiles. Alors pourquoi parler d’avenir inconnu ?

14 janvier Se contenter d’être

Les gens ne veulent pas l’admettre : un moment vient où l’on ne peut plus agir, il faut se contenter d’être et d’accepter.

15 janvier Les chemins intérieurs

Dans ce monde saccagé, les chemins les plus courts d’un être à un autre sont des chemins intérieurs.

23 janvier Si peu de mots pour dire

Il faut si peu de mots pour dire les grandes choses qui comptent dans la vie. Si j’écris un jour, je voudrais tracer ainsi quelques mots au pinceau sur un grand fond de silence.

30 janvier La marche de la vie

Et quand on a commencé à faire son chemin avec Dieu, on poursuit tout simplement son chemin, la vie n’est plus qu’une longue marche – sentiment étrange.

11 février Déchiffrer les êtres

Bien des gens sont encore pour moi de véritables hiéroglyphes, mais tout doucement j’apprends à les déchiffrer. Je ne connais rien de plus beau que de lire la vie en déchiffrant les êtres.

14 février Faire jaillir la source cachée.

L’amour prend patience, il est généreux, il ne jalouse pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne pense pas à mal… » première lettre de Paul aux Corinthiens, chapitre 13

17 février Juste un peu de sagesse

Seigneur, donne moi la sagesse plutôt que le savoir. Ou pour mieux dire : seul le savoir qui mène à la sagesse vous apporte le bonheur, et non celui qui mène au pouvoir.

19 février Connaître l’autre de l’intérieur

On ne connaît pas la vie de quelqu’un si l’on n’en sait que les événements extérieurs. Pour connaitre la vie de quelqu’un, il faut connaître ses rêves, ses rapports avec ses parents, ses états d’âme, ses désillusions, sa maladie, sa mort.

23 mars L’herbe de l’humanité

J’observe les êtres comme on passe en revue des plantations et je constate jusqu’où se lève sur eux l’herbe de l’humanité.

15 avril Un soupçon d’éternité

Dans mes actions et mes sensations quotidiennes les plus infimes se glisse un soupçon d’éternité.

16 mai La vie est belle

Et quelque part en vous il y a quelque chose qui ne vous quittera plus jamais

3 juin Avoir le courage de prononcer le nom de Dieu

4 juin Chercher Dieu dans tous les cœurs

15 juin Accoucher d’une nouvelle clarté

Laisser chaque impression, chaque germe de sentiment se développer en soi-même, dans l’obscurité , dans l’indicible, dans l’inconscient, dans une zone inaccessible à l’entendement et attendre avec une profonde humilité, une profonde patience, l’heure d’accoucher d’une nouvelle clarté. »

29 juin Respirer par l’âme

Désormais, pour ainsi dire, je vis et je respire par l’âme.

3 juillet Ne sacrifier ni le dedans ni le dehors

Vivre totalement au-dehors comme au-dedans, ne rien sacrifier de la réalité extérieure à la vie intérieure, pas plus que l’inverse, voilà une tâche exaltante.

11 juillet Adieu  de jour en jour

Chaque jour je dis adieu. Le véritable adieu ne sera plus alors qu’une petite confirmation de ce qui sera accompli en moi de jour en jour.

18 juillet Rendre le monde hospitalier

Je ne vois pas d’autre issue : que chacun de nous fasse un retour sur lui-même et extirpe et anéantisse en lui tout ce qu’il croit devoir anéantir chez les autres.

31 juillet Libre

Vivre comme les lys des champs, comme les oiseaux du ciel.

18 août Tirer le meilleur de l’autre

J’aime les contacts humains. L’intensité de mon attention réussit à tirer d’eux ce qu’ils ont de plus profond et de meilleur.

21 août De l’intérieur vers l’extérieur

Ce ne sont jamais les choses du monde extérieur qui m’attristent, c’est toujours ce sentiment en moi, abattement, incertitude ou autre, qui donne aux choses extérieures leur coloration triste ou menaçante. Chez moi, tout va de l’intérieur vers l’extérieur.

30 août Lire en soi

Ayant appris à lire en moi, je me suis avisée que je pouvais aussi lire dans les autres.

13 octobre Y voir clair dans sa propre langue

Dévorer des livres comme je l’ai fait depuis ma plus tendre enfance, n’est qu’une forme de paresse. Je laisse à d’autres le soin de s’exprimer à ma place.

Je cherche partout la confirmation de ce qui fermente en moi, mais c’est avec mes mots à moi que je devrai essayer d’y voir plus clair.

27 octobre Laisser sa liberté à l’autre

On ne réfléchira jamais trop à la nécessité de se libérer de l’autre. Mais aussi de lui laisser sa liberté en évitant de former de lui une représentation déterminée.

22 novembre Tout est déjà là

Cela me rappelle le conte de Kormann, l’histoire de l’homme sans chemise : un roi faisait chercher dans tout son royaume la chemise du plus heureux de ses sujets, et quand il eût trouvé celui-ci, on s’aperçut qu’il ne possédait pas de chemise.

A propos Mélusine FJ

Astrologie, Tarot, spiritualité, liens d'âmes, inconscients, psychologie, écologie, éducation, arts et culture...retrouvez les sujets qui ont un sens pour les humains du XXIe siècle :) https://meaningfullsite.wordpress.com/ https://www.instagram.com/melusinefj/ https://www.youtube.com/channel/UCQSY28IhQtW0SoKLHeKMy8Q
Cet article, publié dans Spiritualité, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s